Au Milieu des Choses

La traduction en objets, sculptures, installations, livres, de formes issues de la culture Internet vidées de leur technicité, et leur apparition dans les lieux physiques d’exposition de l’art contemporain doit nous interroger sur le sens et les enjeux de cette réification, qui, dans la langue anglaise, est d’ores et déjà qualifiée de post-digital ou encore de post-internet.
Pour faire pièce à une interprétation rapide qui verrait en l’Internet un monde « flottant » dont les formes « orphelines » nécessiteraient d’être rematérialisées pour regagner leur unicité et retrouver une adresse particulière, il s’agit ici de faire apparaître comment leur dimension « conversationnelle » participe de leur « aura » et que leur insertion dans un environnement sociotechnique tel que l’Internet est ce qui leur permet, paradoxalement, de s’affranchir des normes et contraintes, pour réinventer leur formes d’apparition et de circulation.

Ce programme est aussi une recherche en actes. Il prend comme point d’entrée la figure de David Horvitz (USA, né en 1972, 1981, ou 1982, selon sa notice Wikipédia), artiste pleinement concerné par ces questions et qui travaille non pas sur, mais avec le Web, multipliant les propositions, reformulations, variations, et apparitions plus ou moins furtives. Nourri de Fluxus mais aussi de l’art conceptuel (en particulier Bas Jan Ader), traversé d’une multitude d’affects, Horvitz joue sans cesse d’une insaisissabilité, utilisant les outils et protocoles d’Internet les plus simples et les plus populaires (courrier électronique et listes de diffusion, Wikipédia, Tumblr, Twitter…), disséminant ses œuvres en téléchargement libre, pour mieux se dissimuler et maîtriser ses apparitions.

En constituant avec les étudiants un corpus de textes théoriques pertinents et d’œuvres d’artistes proposées sous formes de fichiers en libre téléchargement ou en accès public (Morehshin Allahyari, Cory Arcangel, David Horvitz, Oliver Laric, Mark Leckey, Matthew Plummer-Fernandez, le duo Robot de John Miller et Takuji Kogo, Éric Watier) dont la mise en forme est laissée à l’initiative et à l’appréciation de tout un chacun, le programme de recherches Au Milieu des Choses se propose de réfléchir aux enjeux esthétiques, techniques et critiques de ces nouvelles formes de traduction, de remédiation et d’édition dont les formes et formats multiples redistribuent les formes d’adresses au public et d’accessibilité des œuvres puis d’imaginer comment en rendre compte et comment leur donner forme dans le cadre d’une exposition.


Au Milieu des Choses est un programme master de l‘unité de recherche Public/Action de l’École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux. Il y est conduit depuis 2014 par Jean-Philippe Halgand et Pierre-Lin Renié, artistes et enseignants avec Sophie Deltombe, Victoire Le Bars, Margot Liebart, Caroline Pozzo Di Borgo, Harilay Rabenjamina, Gwendal Raymond, Gilles Sage, Margaux Saingolet, étudiant.e.s en art et en design.